épisodes

« Parce qu'on se déplace à un autre rythme,

on voit les choses autrement. »

Good Food - Kit-à-manger

photos : Marché Goodfood ​​Vous êtes du genre à triper sur un plan Ikea et « bad triper » sur une page blanche ? C'est clairement que vous aimez les choses organisées, claires, nettes et « Sure Shot ». Ça ne vous tente pas de créer à partir de rien, de risquer de vous planter ? Vous avez parfaitement le droit. En cuisine, c'est la même affaire. On n'est pas tous des Ricardo (pas encore luiiii!) à vouloir inventer et tester une super nouvelle recette qui révolutionnera le genre. Surtout pas lorsque vous avez des ados qui vous regardent, genre, comme, de que c'est que tu nous niaise? « Boloniaise toi-même ! » que je leur répondrais. Mais bon, pas ce soir, j'ai mal à la tête. Alors justement,

Café 8oz

Extrait épisode JEAN-PIERRE DESNOYERS, designer Café 8oz 5851, rue Saint-Hubert, 514 303-8008 www.facebook.com/cafehuitonces

Portrait Sonore - Les murs ont des voix

Voir la ville, c'est une chose. L'entendre se raconter, ça c'est toute une expérience et c'est ce que propose Portrait Sonore, une application pour votre cellulaire qui vous raconte l'histoire de l'architecture de Montréal comme vous ne l'avez jamais vu. Oui, jamais vu car portrait Sonore s'attarde sur des bâtiments oubliés, disparus ou, bien qu'encore présents, on ne puisse se douter de leur importance dans l'histoire de Montréal. C'est aussi la découverte ou redécouverte de l'art urbain par des parcours audio qui remet en contexte historique les oeuvres monumentales de Montréal qu'on voit mais dont on ne soupçonne pas leur raison d'être. Portrait Sonore se déploie sur plusieurs villes cana

Abeille Gélinas

​photo : UrbArt On la connaît depuis longtemps, Abeille Gélinas, maintenant encore mieux connue sous le nom de DJ Abeille. Mais Abeille aurait très bien pu faire le choix de créer sa vie sur la Côte Ouest, en Californie. Elle a plutôt choisi Montréal, et c’est son amour et sa vision positive de la métropole qu’on découvre dans cet épisode où elle visite à vélo et avec Jay ses endroits préférés et ceux qui ont marqué son enfance. Photos : UrbArt

Abeille Gélinas - la DJ Mom

DJ, chroniqueuse, blogueuse Abeille a longtemps eu l’habitude de vivre la nuit avec sa carrière de DJ, mais vit maintenant sur un horaire co

Jeu de mots - Thomas Csano

photo : Olivier Bousquet Cette murale célèbre le centenaire de l’édifice mythique du Théâtre du Nouveau Monde (anciennement Gayety) qui a toujours le théâtre pour vocation. Sous la direction de Lorainne Pintal et de Elizabeth-Ann Doyle, la murale a été conçue par Thomas Csano et réalisée par une équipe chevronnée menée par l’artiste muraliste Florence April-Borgeat. L’oeuvre célébre ainsi l’édifice comme un haut lieu de diffusion culturelle au coeur du Quartier des spectacles, et le théâtre, comme un art marquant l’histoire de notre société. Puisant dans l’histoire, le lexique et les moments forts du théâtre, elle met à l’avant-scène des noms, dates et mots dans des typographies variées expr

Patrick Nicol

Patrick Nicol, photographe émergeant de la région de Montréal se passionne pour la photographie depuis 2 ans et plus particulièrement pour le portrait de rue. Il le décrit comme ceci: "Le portrait de rue est criant de vérité. Parfois choquant, parfois humoristique, parfois touchant. Une chose est sûre c'est que la photographie à le pouvoir de révéler au grand jour la nature véritable de l'homme, dans sa beauté comme dans sa souffrance. Le photographe doit alors voir la vie sous son meilleur angle, extraire l'extraordinaire de l'ordinaire, la beauté de la laideur, l'espoir dans le désespoir et l'amour dans tout ce qui nous entoure.'' Patrick c'est classé finaliste du concours La Presse-Gossel

Maxime Giroux - 820 Plaza

Lieu improbable. Garage qui semble désaffecté. Et pourtant en franchissant la porte d'entrée, on y trouve un magasin de disques et de livres des plus inusités, le 820 Plaza. Lieu éphémère s'il en est car il n'existe déjà plus aujourd'hui, mais il est symptômatique d'un certain courant non commercial, où à peine, qui tente de sortir des sentiers et réinventer le concept dans d'autres environnements. photos : UrbArt

Maxime Giroux

Dans cet épisode, Jay rejoint le réalisateur Maxime Giroux, qui nous a entre autres offert le film primé Félix et Meira, chez-lui, dans le Mile-Ex. Fier résident de ce quartier situé entre le Mile-End et Parc-Extension, il nous partage en quoi Montréal représente une source d’inspiration constante et enfourche son vélo pour emmener Jay là où il n’aurait jamais pensé aller ! On découvre entre autres qu’un magasin de vinyls complètement atypique se cache derrière la porte d’un vieux garage. Extrait 1 - Le 820 Plaza Extrait 2 - Le Mile-Ex Extrait 3 - Le Spoum photo : UrbArt

Et si la beauté rendait heureux

La beauté, par définition engendre un sentiment heureux. Si c’est beau, ça fait du bien. Cela va de soit et on pense de prime abord au visage d'une personne. On peut aussi se référer à l'esthétique d'une œuvre d'art. On le prouve facilement par l’exercice inverse. Si c’est moche, c’est dépriment! Le beau est positif. Bon ! Mais qu'en est-il de notre environnement visuel en général ? Est-ce que l'esthétique d'une ruelle rend plus heureux ? Une rue, un boulevard… Une ville ? Est-ce que l'esthétique d'une cité influence sa population ?Les couleurs, les tonalités, la lumière, les formes… voire même les directions de lignes de fuite doivent-elles être prises en considération dans l’élaboration gl

François Cardinal

Le journaliste, auteur et éditorialiste en chef de La Presse François Cardinal couvre la ville de Montréal depuis 20 ans et est un éternel curieux. Avec lui, Jay s’arrête au centre-ville pour un café chez Myriade, situé sous le Club Monaco. Un recoin en apparence caché où affluent de gens quotidiennement. Ils se dirigent ensuite vers le quartier des affaires pour terminer leur périple dans le quartier chinois. Cet épisode met la lumière sur les audacieux et les visionnaires qui font évoluer Montréal. Extrait 1 - Le café Myriade Extrait 2 - Perdu sans la nature Extrait 3 - L'Orange Rouge ​​ Photos : UrbArt

François Cardinal - l'urbanoptimiste

photo : UrbArt Journaliste, éditorialiste en chef à La Presse Il couvre la ville de Montréal depuis 20 ans. Ses secteurs : l’environnement, le plein air, les affaires urbaines et la politique provinciale. Chroniqueur (radio de Radio-Canada, Télé-Québec). Auteur des essais Le mythe du Québec vert et Perdus sans la nature. On peut dire aisément que François Cardinal est un "Urbanopsimiste". Il voit du beau dans tout. Pas qu'il ait des lunettes roses, il est très conscient des enjeux et des difficultés de faire évoluer une ville, mais il voit les progrès là où on ne s'attarde pas creuser pour savoir où vont les choses. Il a de la vision et sait bien que Rome ne s'est pas construite en un jour.

Ça va, non merci!

photo : Patrick Nicol Plusieurs fois par semaine, je transite par le terminus Longueuil et j'aperçois ce vieillard itinérant. Jamais il ne quémande. Je ne l'ai jamais vu bouteille à la main, allez en titubant comme plusieurs sans-abris que je croise au centre-ville. Il a toujours l'air occupé à faire l'inventaire du contenue de ses nombreux sacs de plastique qui doivent receler une multitude d'objets essentiels à son bien-être, va savoir. Cet inventaire doit certainement, à mon avis, le garder vif d'esprit et occupé. Une chose est certaine, il y tient, à voir la façon dont il les surveilles. Je n'ai jamais vue aucun gardien de sécurité le chasser ou lui demander de circuler. Tous semblent to

Portraits de rue

​ ​photo : Patrick Nicol Patrick Nicol, photographe émergeant de la région de Montréal se passionne pour la photographie depuis 2 ans et plus particulièrement pour le portrait de rue. Il le décrit comme ceci: "Le portrait de rue est criant de vérité. Parfois choquant, parfois humoristique, parfois touchant. Une chose est sûre c'est que la photographie à le pouvoir de révéler au grand jour la nature véritable de l'homme, dans sa beauté comme dans sa souffrance. Le photographe doit alors voir la vie sous son meilleur angle, extraire l'extraordinaire de l'ordinaire, la beauté de la laideur, l'espoir dans le désespoir et l'amour dans tout ce qui nous entoure.'' Patrick c'est classé finaliste du

La serveuse aux tomates

Dans le genre "Keep it simple" et pour se préparer pour les looooongues soirées d'hiver, faire des conserves c'est tellement zen! Et là, c'est encore plus simple que simple. Bon, ok, tout est question de quantité, parce que tant qu'à faire le bordel dans la cuisine, bin pourquoi pas y aller d'aplomb! Pas de panique! De 1 c'est simple et de 2 ça ne demande rien de compliqué. C'est convainquant, non? Bon, pour commencer, on passe les étapes de stérilisation des pots Masson. Ça c'est long pis c'est plate! Suivre les instructions et c'est tout. Bref, on dit que c'est fait. Point. Tout d'abord il faut s'installer! Apéro et musica! Ça c'est indispensable et ça fait complètement partie du Slow Food

Maxime Giroux - l'athée

photo : UrbArt Cinéaste. Né en 1976 à Montréal, mais grandit à Laval. Il a réalisé des courts métrages, des clips, des pubs et 3 longs métrages. Ses 3 films: Demain (2008) Jo pour Jonathan (2010) Félix et Meira, 2014 (Meilleur film canadien au TIFF et autres récompenses partout dans le monde) UTILISATION DU VÉLO : Maxime ne possède pas de voiture. Pour lui, Montréal s’explore à pied ou à vélo. Ceux qui détestent Montréal, c’est ceux qui ont des chars! « J’ai toujours été en vélo. En vélo c’était mal vu avant à Montréal, ça beaucoup changé… C’est juste une façon de vivre, j’me vois pas en voiture, la vie est tellement plus simple en vélo… En vélo t’as aucun problème et en plus tu découvre

Gabriel Malenfant

Jay porte beaucoup d’admiration pour l’artiste Gabriel Malenfant (Radio Radio), que le public a connu grâce à son groupe Radio Radio. Dans cet épisode, on explore toutes les façons dont la créativité de Gabriel éclate, de la mode à l’art contemporain en passant par la gastronomie. Gabriel Malenfant nous parle de sa vision de la mode, à la boutique Les Étoffes, sur Saint-Laurent.L’épicurien emmène ensuite Jay rencontrer sa conjointe, la styliste Olivia Leblanc, à la galerie Occurence, pour ensuite se diriger vers le restaurant Montréal Plaza, piloté par son grand ami, le chef Charles-Antoine Crête. Extrait 1 - Les étoffes Extrait 2 - Galerie Occurrence Date de diffusion : Vendredi 7 octobre 2

Montréal Plaza - hétéroclisme contrôlé

photo : UrbArt Le Montréal Plaza c’est avant tout un univers particulier issu de l’esprit hyper créatif de Charles-Antoine Crête , chef, propriétaire, ancien chef du Toqué de Normand Laprise. L’endroit est vaste, clair, rayonnant, l’architecture comme la décoration y est songée et reflète à merveille l’esprit éclectique et pourtant bien « groundé » de Charles-Antoine Crête. Grandes traverses d'acier noirs, cloisonnant l’espace visuel à la Mondriand, de style industriel début 20e, colonnades carrées et moulurées en bois peint de blanc, éclairage diffusé par de grandes surface de plafond en verre dépolis, non direct, tous ces éléments encadrent une variété aérée d’objets et de meubles hétérocl

Gabriel Malenfant - le fashionista

photo : UrbArt Membre de Radio Radio, passionné d’arts visuels et de gastronomie SES HABITUDES À VÉLO : Il met la priorité sur le vélo à Montréal. « Quand j’pas en cargo, j’t’en vélo » dit-il, bien que parfois, pour des raisons de logistique, la voiture soit plus efficace. SON MODE DE VIE : Quand il n’est pas en train de créer ou de jouer de la musique quelque part, il déjeune au Bagel etc., magasine avec sa blonde styliste Olivia Leblanc, mange au resto et se ballade à vélo… C’est un gars qui s’approprie sa ville. Il a habité le Plateau, le Mile-End, Pointe St-Charles, Rosemont… Et sait trouver ce que chacun de ces quartiers a de meilleur à offrir. SES ADRESSES : Trois galeries d’art qu’il

 

Parce qu'on se déplace

à un autre rythme,

on voit les choses

autrement.

la philosophie Slow Bike

Le Slow Bike, à l'instar du Slow Food ou du Slow Architecture, est cette façon de se ré-approprier le moment présent par le moment vécu. Il n'est plus vraiment question de se déplacer du point A au point B, mais de vivre l'expérience entre ces deux points.

Par cette prémisse, UrbArt tente de redécouvrir la ville sous un autre angle, à un autre rythme.

la boutique

le style UrbArt