• UrbArt

Maxime Giroux - l'athée



photo : UrbArt

Cinéaste. Né en 1976 à Montréal, mais grandit à Laval. Il a réalisé des courts métrages, des clips, des pubs et 3 longs métrages. Ses 3 films: Demain (2008) Jo pour Jonathan (2010) Félix et Meira, 2014 (Meilleur film canadien au TIFF et autres récompenses partout dans le monde) UTILISATION DU VÉLO :

Maxime ne possède pas de voiture. Pour lui, Montréal s’explore à pied ou à vélo. Ceux qui détestent Montréal, c’est ceux qui ont des chars! « J’ai toujours été en vélo. En vélo c’était mal vu avant à Montréal, ça beaucoup changé… C’est juste une façon de vivre, j’me vois pas en voiture, la vie est tellement plus simple en vélo… En vélo t’as aucun problème et en plus tu découvres: des ruelles, des appartements, des rues... et tu vois un couple baiser par une fenêtre le soir… on voit plein de belles choses qui font partie de la vie… C’est ça la ville c’est tous les contrastes, c’est ça qui m’attire…» MODE DE VIE :

Il est né à Montréal, mais il a grandi à Laval, en banlieue. Par contre, à 14 ans il prenait le métro pour sortir dans les bars de la ville avec ses amis. Quand on lui demande à quoi ressemble son quotidien à Montréal, il répond: « Je fais juste me promener!» Explorer la ville à pied ou à vélo, c’est la genèse de ses idées, qui ont ensuite le potentiel de se transformer en scénario, en film… Sa routine c’est marcher, faire ses emplettes, prendre un café, s’occuper de son chez-lui, rouler au Parc Jarry et se promener dans Parc-Extension, Villeray et le Mile-End surtout.» SA VISION DE MONTRÉAL :

« J’me vois nulle part autre qu’à Montréal. Je suis beaucoup à Paris en ce moment, et c’est en voyage qu’on se rend compte que Montréal est extraordinaire. Quand j’entends dire que Montréal c’est d’la merde, c’est qu’ils n’ont pas pris le temps de bien connaître cette ville là… Qu’ils ne sont pas en contact avec la vraie vie montréalaise… La ville centrale est faite pour être marché ou roulé. C’est pas encore complètement accessible, mais on s’y rapproche. On a beau dire que Montréal, ça n’a pas beaucoup bien été, et que le centre-ville se porte mal, mais ça fait 22 ans que je suis là, et y’a de plus en plus de quartiers qui vont bien: Villeray, St-Henri, Hochelaga même... Ce qui est intéressant, c’est que suis assez individualiste comme personne, mais la ville me pousse à être un peu plus communautaire… À parler aux gens. J’habite à côté du dépanneur le Pick-up et maintenant je connais le staff, les clients...»

REVITALISATION ET EXPANSION DES QUARTIERS :

En fait, il explique qu'il se passe la même chose à Montréal qu'il s'est passé à New York: c'est le métro qui aide la revitalisation des quartiers et encourage les gens à s'éloigner du centre-ville pour vivre une vie de quartier un peu plus loin, et chaque quartier a sa propre personnalité. À New York, le métro et le "air train" ont contribués au développement de Greenwich, puis de Soho, du East Side Village, de Williamsburg… À Montréal, c'est l'autobus 80, qui roule sur Parc, qui permet ça. QUARTIERS FAVORIS :

Ses quartiers favoris ont toujours été ceux qu’il a habité: Plateau, Ville-Marie, Mile-End et maintenant Mile-Ex. Et pour lui, c’est vraiment le meilleur quartier présentement: plein de nouvelles choses, sans le trafic, sans les voitures et le tourisme. Quadrilatère clé : Dans le Mile-Ex entre les rues Marconi et Alexandra.

LES RELIGIONS, SOURCE D'INSPIRATION D'UN ATHÉE :

Bien que Maxime Giroux soit athée, les sous-cultures et les religions sont source d’inspiration continuelle pour lui. « Les lieux de religions m’intéressent beaucoup. Dans Parc-Ex, y’a toutes les religions au monde ou presque, quand on se promène le dimanche matin, on entend une gang de blacks qui chantent, on entend les messes grecques, les cultures se côtoient… Les différences passent à travers la religion. En face du Dispatch, y’a une petite église évangélique, le samedi soir y’a des bands qui jouent, je rentre là et j’écoute, tout d’un coup t’es pu à Montréal, t’es au Tennesse… À tous les étés y’a des fêtes au Temple indien aussi, tu rentres là c’est plein de tables avec des fruits… Tout d’un coup t’es en Inde. Pas loin de chez-moi y’a un temple bouddhiste aussi. Ça me fait voyager. C’est ça que ça permet la ville en fait, le voyage. Mais pour ça, faut être à vélo. Tu te promènes et tu laisses la ville remettre en questions tes valeurs, ta morale... »

CARNET D'ADRESSES :

Ce qu’il aime, c’est être le premier client des endroits… Avant que ce soit trop bondé, il l’aura découvert avant tout le monde.

Spoum : Pour la crème glacée (pour les humains et pour les chiens), dans le Mile-Ex: 6631, Jeanne-Mance (entre Beaubien et St-Zotique) « Dans le temps je m’assoyais dans les marches de l’église face au Kem Coba pour boire de la bière avec mon ami et y’avait personne… Maintenant les files sont tellement longues, chez SPOUM je suis toujours tout seul! J’aime l’idée d’être le premier client des endroits. » Dispatch Coffee : 267, St-Zotique Ouest, juste en face de la petite église évangélique, c’est son endroit pour le café. Café Den : 6576, St-Laurent. Pour la meilleure soupe tonkinoise à Montréal. Dans le coin du Alexandraplatz, derrière les commerces de la rue Marconi : galerie d’art amérindien, « Ils ont fait un peu comme à Miami, c’est des murales tapissées d’art, mais de l’art amérindien ».

Restaurant Fortune : 6448 St-Laurent. Pour les tacos, encore une fois parce que c’est encore pas trop connu.

GARAGE À VISITER :

« Commerce qui a ouvert pour un an: vieux garage récupéré en lieu où ils vendent des vinyles, c’est très hipster, c’est un British le gars je pense, y’ont fait des affaires incroyables là-dedans… Ça fait vraiment Berlin, et je suis un amoureux de Berlin, ça fait très Londres aussi… » Une habitude montréalaise qu’il aime beaucoup : aller chercher une pizza chez Gemma, Bottega ou Napolitana pour la manger dans le parc italien (coin Dante/De Gaspé)

Épisode diffusé le vendredi 21 octobre à 21h à MAtv


#UrbArt #émission #invités #MAtv