Safia Nolin - vraie, point.

27.09.2016

photo : UrbArt


Auteur-compositrice-interprête.

Album « Limoilou » 2015 Bonsound

 

Safia Nolin, tu la découvres par sa voix incroyablement intègre et sensible, ses tounes aux textes déchirés et à ses mélodies simples et pourtant loin, très loin d’être banales. Et puis tu te laisse envahir par cette mélancolie.

 

Et c’est alors qu’un jour tu rencontres Safia. Et boum ! Décalage horaire total. Tu te dis que tu t’es fait avoir par le cliché facile de la petite fille fragile qui gratouille sa guitare. Ben non. Tu as en face de toi un rock, certes un rock sensible et qui se croit fragile, mais qui en fait est des plus solides. Solidifié par un parcours solitaire où l’acceptation de soi est un chemin de croix. Elle dit elle-même qu’elle a pris du temps à accepter sa féminité. Mais c’est là que Safia n’avoue pas sa force. Elle s’est faite toute seule, à sa manière, sans compromis. What you see is what you get. Elle une de celles qui peut te balancer un « fuck you » avec véracité et tu la crois, puis prendre sa guitare et te jeter à terre avec sa voix tellement juste, tellement vraie. Tu n’as pas le choix, tu tombes sous le charme de la vérité.

 

Lorsqu’on a tourné l’épisode où elle était l’invitée, elle nous a emmenés dans un resto hyper banal et mais vrai. Une place sans prétention qui n’essaie pas de se prendre pour une autre. En fait, une place où Safia se sent bien. Normal.

Puis, dans un parc non loin de là, avec sa guitare, elle nous a interprété « Igloo ». Wow ! Tel quel, « on the spot ! », sans artifices, sans rien d’autre. Et bien, on pense qu’on a capté une des plus belles interprétations de cette chanson !

 

UTILISATION DU VÉLO ;


C’est son mode de transport principal.
«Je reviens de faire du bike, je me déplace juste en bike, la nuit je vais faire des laps au Parc Maisonneuve… J’aime mieux m’enfarger dans un arbre que dans un cycliste! Je vais vite, la nuit. Chaque jour j’essaie de prendre une heure pour faire rien d’autre que du bike.»

MONTRÉAL


Elle y habite depuis 2014. Quand elle a fait Granby (où elle a gagné le prix de la meilleure chanson en 2012), c’était une des premières fois de sa vie qu'elle s’était retrouvée avec d’autres personnes qui faisait de la musique. C’est là qu’elle a compris que c’était à Montréal qu’elle devait être : « Ça avait l’air que ça se passait là! Fuck it, fallait que je sois à Montréal. Après Bonsound (sa maison de disque) est arrivé dans ma vie.»

Rapidement elle s’est fait des amis. En fait, rapidement, elle est devenue amie avec tout le monde: « le milieu est tellement petit… J’aime vraiment Montréal parce que ça ressemble un peu à un camp de vacances! Tu te retrouves à 3h du matin au Fameux* pis tu passes ton temps à cogner dans fenêtre parce que tous tes amis passent dans la rue, c’est comme une grosse famille.»
* Fameux : 4500, rue St-DenisMontréal, QC, H2J 2L3

 

SON ENDROIT PRÉFÉRÉ :

 

Le Quai des Brumes sur St-Denis, c’est sa deuxième maison

JOURNÉES TYPIQUE DE SAFIA :

 

«Je vais prendre un café avec quelqu’un, ensuite je vais chez Bonsound, pour dormir ou gosser sur l’ordi pour aller chiller. J’aime tellement l’équipe. Je vais faire des commissions. Je vais souvent à la fruiterie, m’asseoir au parc ou à la station de métro regarder le monde...»

 

UNE ARTISTE QU'ELLE ADMIRE :

 

Gabrielle Laïla Tittley de PONY MTL, elle adore ce qu’elle fait.

COMMENT MONTRÉAL A INFLUENCÉ SON ÉCRITURE :

 

Montréal, c’est le début de sa vie d’adulte, elle se rend compte que dans son écriture, ça se traduit par un côté plus dark

« Montréal, ça me donne envie d’être vulgaire, de dire "criss" dans mes tounes. C’est mon émancipation. J’ai envie de faire ce qui me tente.»

Ce qui ressort le plus de Safia losqu'on lui parle, c’est sa profonde simplicité. Les bars cheap, les restos de déjeuners, les pizzérias, son quotidien est rempli d’endroits banals et sans prétention, mais qui lui permettent de faire beaucoup d’observations pour écrire. Elle va voir aussi énormément de spectacles : « En ce moment, j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de shows, mais normalement faut que je m’arrête 2-3 jours...»
 

SA FAÇON DE FAIRE DÉCOUVRIR MONTRÉAL AUX AUTRES :


« La dernière fois que mon ami est venu, on est allé au McDo à 3h du matin, on s’est assis sur le banc devant le resto et on a observé le monde. Sinon, j’emmenerais un ami marcher sur Mont-Royal ou se promener dans une friperie, prendre un café aux Copains d’abord (1965, av. du Mont-Royal Est), manger de la poutine…»


SON AFFECTION POUR HOCHELAGA :


« Marcher sur Ontario, faire le tour des friperies et bruncher dans des endroits cheapo, c’est pas mal le bonheur. .»
 

AVEC QUI ELLE AIMERAIT COLLABORER :

 

« Tant qu’à rêver, rêve grand pis après ça settle down pour quelque chose de moins grand… Alors Arcade Fire et Bon Iver ».

 

Save

Please reload