• par Patrick Nicol

Ça va, non merci!

photo : Patrick Nicol

Plusieurs fois par semaine, je transite par le terminus Longueuil et j'aperçois ce vieillard itinérant. Jamais il ne quémande. Je ne l'ai jamais vu bouteille à la main, allez en titubant comme plusieurs sans-abris que je croise au centre-ville. Il a toujours l'air occupé à faire l'inventaire du contenue de ses nombreux sacs de plastique qui doivent receler une multitude d'objets essentiels à son bien-être, va savoir. Cet inventaire doit certainement, à mon avis, le garder vif d'esprit et occupé. Une chose est certaine, il y tient, à voir la façon dont il les surveilles. Je n'ai jamais vue aucun gardien de sécurité le chasser ou lui demander de circuler. Tous semblent tolérer sa présence, contrairement à d'autres dont j'ai moi-même été témoin de leurs éviction. Il m'intrigue, je l'observe et je le cherche du regard chaque fois que je passe par ce terminus, c'est à dire 2 à 3 fois par semaine, et chaque fois, il y est. À croire qu'il y a élu domicile permanent. Un soir ou je passais par là, je l'ai aperçu, assoupi, assis sur un banc. L'obsession de le photographier à vite fait de me gagner. Non pas par voyeurisme ou par désir de sensationnalisme sur les médias sociaux mais simplement pour sensibiliser les centai