• par Art Souterrain

L’art s’affiche chez Ubisoft Montréal


du 1 décembre 2021 au 28 février 2022 ! PAYSAGES DÉFIGURÉS ET AUTRES OBJETS (DISFIGURED LANDSCAPES AND OTHER OBJECTS) de l'artiste montréalaise Amélie Jodoin présenté pour la première fois sur la façade du studio Ubisoft dans le Mile-End

Art Souterrain est fier de présenter la deuxième exposition de L’art s’affiche, en collaboration avec Ubisoft Montréal. Sur une période de trois mois, Ubisoft accueillera une exposition solo des œuvres de l’artiste émergente Amélie Jodoin dans le Mile-End, sur la façade extérieure de son studio au coin des rues Saint-Viateur et Saint-Dominique. Ayant comme objectif de démocratiser l’art dans l’espace public, ce projet inédit s’inscrit dans le volet Vitrine sur l'art, dont le mandat est d’intégrer l’art dans le quotidien des québécois.es.


BIOGRAPHIE Amélie Jodoin a obtenu un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM en 2016. Elle a fait partie de la première édition de ARTCH en 2018 et a effectué une résidence d’artiste en Finlande en 2019 pour laquelle elle a eu une bourse de création du Conseil des arts et des lettres du Québec. En 2020, elle a présenté une première exposition solo à la Galerie AVE (Montréal). Récemment, elle a pris part à des expositions collectives à The Tub Hackney (Londres, UK), Jano Lapin (Montréal) et Z Art Space (Montréal). Amélie Jodoin vit et travaille à Montréal.


DÉMARCHE ARTISTIQUE

En posant un regard amusé sur son environnement, Amélie Jodoin s’intéresse à la modification et la transformation d’images existantes. Ces dernières années, sa pratique artistique a été principalement dirigée vers la métamorphose des paysages dans lesquels elle se trouve. L’artiste se questionne sur la composition et les qualités picturales de son environnement : ses couleurs, ses textures, ses volumes, ses objets. Par l’extraction de certaines composantes de ces paysages ou par l’ajout d’éléments hétéroclites dans ceux-ci, Jodoin présente des scènes fictives basées sur le réel, où parfois des objets anodins y sont glissés de façon imprévue, à la manière de l’art in situ.