• UrbArt

Surf urbain


Quel est le rapport entre la culture surf et la culture urbaine? De prime abord, il n'y en a pas. À moins que... Le surf électrique.

Hein?


De nombreuses villes dans le monde sont des villes d'eau. On pense évidemment à Venise. C'est presque un cliché. Mais il y a aussi les canaux d'Hambourg en Allemagne, de Bruges, en Belgique, d'Amsterdam en Hollande, de Chicago aux US, etc. Il y a des villes qui ont aussi un caractère d'eau parce que soit ce sont des îles, comme Montréal ou qu'un lac entre profondément dans leur coeur, comme Genève. Et qui dit eau, dit plaisir pour les uns et gros fun potentiel pour les autres.


Alors maintenant, imaginez vous balader dans une ville d'eau, sur un surf électrique. Et de temps à autre, si l'espace le permet, pousser la machine à fond! Car ces petites bêtes, pour la plupart, en ont dans le ventre!


Quoi, vous n'avez jamais essayé un surf électrique?, Vous êtes à l'aise sur une planche à neige? Ou un skateboard? Un padelboard? C'est presque pareil. Ah! Vous êtes un king du wakeboard? Et bien là c'est encore mieux, on n'a pas besoin de bateau. Et c'est justement là que le surf électrique est un engin génial : 1, il ne détruit pas les berges avec des gros sillons de bateau. 2. Il est silencieux. 3. Il ne pollue pas.. ha ha!! Et il se range dans le garage.


Bon ok, c'est trop beau pour être vrai? C'est justement ce que se sont dit Tommy Goyette et François Lebaron, deux amis de longue date qui ont lancé Ecosurf Canada, une entreprise québécoise de location de planches de surf électriques.


C'est qui ces deux-là?


« Tommy Goyette est une sommité en vente depuis plus de 20 ans auprès de Audi et John Deere pour ne nommer que ceux-là. François Lebaron, adepte de skateboard à son adolescence, est aujourd’hui un entrepreneur événementiel, gérant d’étiquette de disque, agent de spectacle et producteur de musique électronique passionné d’image de marque et de marketing. »


Comment ça fonctionne?


Ecosurf propose des modèles fabriqués en Espagne par la compagnie Onean à doubles propulsions électriques générées par une batterie au lithium-Ion (comme les cellulaires) silencieux et contrôlables par Bluetooth (sans fil). L’autonomie de la batterie (environ 1h) varie en fonction de la demande de puissance selon si l’utilisateur est un surfeur expérimenté ou débutant. À pleine capacité, il est possible d’atteindre 45 km/h.

Où l’essayer?


C’est à partir du 14 mai, au Quai Ryan de Sabrevois (Rivière Richelieu), à 40 minutes de Montréal, que les curieux et les adeptes pourront essayer la planche électrique. Ils pourront combiner leur expérience Ecosurf avec d’autres activités qui seront proposées cet été sur le Richelieu par l’entremise du nouveau projet ALO RICHELIEU.

Trois modèles de planches haut de gamme (valant entre 9000$ et 16 000$ CDN) sont disponibles pour la vente exclusive ou la location. Il y a un modèle adapté autant pour les débutants, les parents avec leurs enfants que les amateurs de sensations fortes. Votre forfait de location comprend un cours d’introduction + l'utilisation d'une batterie ou 1 heure de surf maximum.


Prix de location :


MODÈLE CARVER X : 149,99$ pour une heure ou la durée d’une batterie.

MODÈLE CARVER TWIN : 119,99$ pour une heure ou la durée d’une batterie.

MODÈLE MANTA : 99,99$ pour une heure ou 169,99$ pour 2h.


Infos

www.ecosurfcanada.com