• par Alec Stephani

Vitesses internes

​​Plus j'utilise un vélo à vitesses interne (vitesses au moyeu), plus je me demande pourquoi ceci n'est pas la norme pour un vélo urbain?.

Trois, cinq, sept et même onze vitesses sont disponibles dans ce système. ​​L'urbain moyen, dont je suis, recherche la fiabilité, le moins de soucis possible (on en a assez comme cela). Or, un vélo à vitesses internes offre un confort et une régularité sans pareille. Pour celle ou celui qui n'aime pas jouer dans la mécanique, pour celle ou celui qui aime le silence, la précision, c'est un système parfait. Un clic de poignée et la vitesse est engagée, sans hésitation, sans le temps mort du passage de vitesse et ce désagréable "schring-clik" de chaîne qui se demande si elle doit y aller ou pas. Et puis le fait de pouvoir changer de vitesse à l'arrêt, quelle facilité! Il arrive si souvent qu'après avoir donné non intentionnellement un coup sur un dérailleur, celui-ci se désaligne et se dérègle. Après coup, les vitesses rentrent mal et on ne sait pas quoi faire.. Je ne comprends pas pourquoi le système de vitesse interne n'est pas plus répandu ici. Les bienfaits sont indéniables. Oui, bien sûr, cela est quelque peu plus coûteux qu'un simple dérailleur externe. Mais il y a tellement d'avantage que cela en vaut la peine. Il y a probablement le fait qu'ici, en Amérique du nord, le vélo est considéré comme un loisir, ou un sport, et que les gens ne veulent pas trop dépenser. Dans bien des pays d'Europe, le vélo est considéré comme un moyen de transport, et les gens investissent dans leur véhicule. Les vélos à vitesses internes sont bien plus largement répandus

Non, vraiment, entre un dérailleur et un moyeu à vitesse interne, mon choix est fait!